(projet en cours)


Deux personnes assises côte à côte, qui ne se connaissent pas, et qui ont accepté que je les photographie

UNE IMAGE CHAQUE JOUR depuis le 2/10/2019 sur la page www.instagram.com/avancerensembleparis/,

et sur www.facebook.com/raphaelDB : suivez le projet !


Ci-dessous une sélection de photographies

« J’espère que c’est pas pour un site de rencontre votre photo hein sinon mon mari va être furieux ! », si madame n'avait pas dit ça, j'aurais bien cru que c'était le premier couple que je réussissais à former... à partir du moment où je les ai connectés l’un à l’autre, c’est comme si je n’étais plus là : ils se sont mis à papoter sans s'arrêter, se tutoyant directement, et c’était très sympa ! Je les ai laissés dans une grande discussion.

Pour cette photographie, c'est monsieur qui a été le plus dur à convaincre. Il a regardé madame et a dit "c'est vrai que ça fera une bonne photo. Mais ne montrez pas trop mon visage".

"Merci pour la photo et la parole tenue ! (...) Mes impressions. La photo est excellente pour sa composition et ses regards, y compris le regard de la femme au second plan. Je ne me plais pas vraiment, mais cela n’a aucune importance. (...) Sur le moment ça m’a rappelé une question que je me suis tout récemment posée après avoir vu l’exposition sur Le Greco. Quasiment aucun de ses portraits ne sourit. Et je me demandais de quand date le culte général du sourire. Je n’ai pas la réponse ! (...) Ce que vous ne pouviez pas savoir, ni la jeune femme, elle aussi souriante, qui tente de voir ce que je lis, est que je lisais un livre en anglais sur le profil des tueurs en série. Ce qui ne prête absolument pas à sourire… Est-ce que les sourires ne font pas parfois perdre en profondeur ? (...) Bonne poursuite de votre travail !"'

Encore deux qui ont accepté sans aucune hésitation, et pour qui j'ai une affection particulière (même si j'ai beaucoup d'affection pour tous ceux qui me font confiance dans ce projet). Je leur trouve à chacun une forme de fragilité qui me touche. Lui a des cicatrices, sur les autres images il fait une sorte de grimace qui ne lui va pas. Sur celle-là il est bien, mais c'était courageux de s'exposer. Elle est toute jeune, ravissante, et apporte plein de couleurs à l'image avec son sweat rose et jaune et ses cheveux décolorés. C'est chouette ! Les parisiens ayant un peu tendance à s'habiller quotidiennement comme s'ils allaient à un enterrement, ça fait du bien quand on voit des gens qui portent de la couleur ! Merci à tous les deux. Elle m'a répondu quand je lui ai envoyé la photo. Voilà son message : "J’ai bien reçu la photo et je suis très heureuse d’avoir participé à votre projet ! J’ai consulté la page instagram et je suis très impressionnée ! À très bientôt, j’espère !"

Sur les images que j'ai de ces deux femmes, soit elles me regardent toutes les deux en souriant, soit elles se regardent, j'ai préféré cette deuxième option ! L'une des deux (je ne sais pas laquelle) vient de me répondre à l'envoi de la photo : "Merci bcp. Très sympa, spontanée, gaie, complice et conviviale. Le background fonctionne très bien aussi. Bravo d’avoir su capter ce moment et pour ce projet profondément humain dans un métro où tout le monde est captivé par son smartphone ! Belle continuation".

Un instant de grâce. Nous sommes dans un métro bondé, je suis debout collé à ces deux messieurs pendant plusieurs stations. Puis presque tout le monde sort et je réalise qu'il y a du recul pour une photographie. Je n'ai toujours pas vu le visage de celui de droite, dont la capuche est baissée jusque sous les yeux. Il pourrait ne pas être sympa, c'est quitte ou double. Je lui fais un signe par en dessous pour le solliciter, et il lève un visage empli de plénitude, dégage son casque et me répond par un chaleureux sourire. Son voisin est un peu plus sceptique. "Moi je veux bien mais c'est comme tu veux." lui dit celui à la capuche. Il accepte. Certains sont gênés qu'on les photographie, ce jeune homme donne au contraire l'impression d'avoir fait ça toute sa vie ! Merci pour la tendresse du regard !

Gros fou-rire avec ces deux-ci ! À compter du moment où je suis venu les voir, celle de droite n'a eu de cesse de parler, celle de gauche a accepté tout de suite, et celle de droite faisant d'abord mine d'hésiter a dit d'accord, puis a continué de parler, pendant que je faisais la photo elle posait en parlant : profil gauche, profil droit, sourire, sans sourire, alors que celle de gauche aurait été prête à remettre son casque et reprendre son activité comme le font tous les autres, celle de droite n'avait de cesse de lui parler, donc elles ont papoté et c'était vraiment sympa ! Tout ce que j'aime dans ces moments : créer une interaction là où il n'y en avait pas avant que j'arrive !

"Bonjour, J'ai bien reçu la photo et je suis très heureuse d'avoir participé à votre projet. En effet c'était mon premier jour de travail et ça m'a fait beaucoup plaisir de vous rencontrer. Merci." Merci mille fois à vous deux !!! Quel bonheur de voir ces sourires ! La photographie a été prise un lundi matin 1er décembre à 8h dans le métro... Je vais au devant de ces personnes sans grande conviction, après avoir essuyé plusieurs refus d'hommes qui pourraient ressembler à ce monsieur. Mais son visage s'illumine quand je lui propose la photo et il accepte volontiers ! Et madame, qui accepte tout aussi spontanément avec un sourire charmant, quelle chance ! J'espère que sa première journée de travail s'est bien passée !

Cette photo je ne pensais pas la faire. On était dans la ligne 11, je la prenais juste pour rejoindre la 1 où je voulais faire des photos (la 11 est très exiguë, on était en bout de ligne et il y avait peu de chances qu'il y ai des personnes assises côte à côte). Puis j'arrive dans la rame, vide à ce moment-là, à l'exception de ces deux personnes, serrées l'une contre l'autre. Donc je les aborde. Elle commence par faire une moue méfiante signifiant qu'elle "ne veut pas" et accessoirement ne comprend pas. Mais quand elle voit que son voisin réagit plutôt sympathiquement elle s'ouvre un peu, je lui demande si elle parle anglais, et son voisin et moi-même nous mettons à lui expliquer le projet en anglais. Elle accepte finalement. Et me voilà à faire la photo. Quand j'envoie plus tard l'image par email aux personnes photographiées, elles ne me répondent pas toujours. Là ils m'ont répondu tous les deux. Lui a dit "merci pour votre retour. je vous souhaite une belle continuation. je vais vous suivre sur insta. à très bientôt peut être." Et elle a répondu "Thank you for sending this :) It’s a inspiring art project".

J'étais dans la ligne 5, ma ligne, déjà beaucoup photographiée, et je me dirigeais vers la 3. Et je vois cette dame à droite, qui entre dans la rame au bras de quelqu'un, qui la dirige vers un siège où elle s'assied à côté d'une autre dame. Ni une ni deux, je me rapproche d'elles. Je me devais d'essayer, sûr qu'elles refuseraient - surtout celle de droite, qui au contraire non s'en moque : "Oui oui vous pouvez me photographier pas de problème". Du coup sa voisine, qui au début disait plutôt "Non non je sors à la prochaine", voyant que l'autre accepte j'insiste "Une photo c'est très rapide" me lâche "Ok allez-y". Merci ! C'est l'occasion de rappeler que si on croise des personnes porteuses de handicap dans le métro, on n'y voit toujours pas les handicaps moteurs, pourtant nombreux, car il y a beaucoup trop peu d’ascenseurs.

« Oui en plus nous on est carrément opposés donc ça le fait » m’a répondu ce jeune homme quand je leur ai proposé la photo. Il a accepté immédiatement comme une évidence, il avait l’air très ouvert. Sa voisine était un peu apeurée au début mais très gentille. Elle a sollicité du regard sa fille qui se tenait debout à côté d’elle (et qui s’est écartée ensuite pour la photo), qui lui a répondu « tu fais comme tu veux! », puis elle a accepté en nous expliquant qu’elle ne vivait pas à Paris et que tout ça était exceptionnel pour elle. On lui a répondu que ça l'était pour nous aussi ! Donc ce jeune homme, très sympa, me dit « par contre je ne souris pas sur les photos », ce à quoi je lui réponds « vous faites ce que vous voulez ». J’ai fait quelques images où ils regardent gêné chacun d’un côté, puis j’ai arrêté et ils se sont mis à papoter, à découvrir qu’ils venaient tous les deux de Corse, et d’où précisément etc. Je leur ai dit «ah si vous papotez je refais deux-trois photos ! », et j’ai fait celle-là.

Si je fais ce travail, c'est pour de nombreuses raisons déjà expliquées, et une moins évidente : très souvent quand je regarde les passants, les gens dans le métro, je vois quelqu'un que j'ai envie de photographier. Mais je suis un peu timide, je n'aime pas du tout voler des images, et surtout j'aime faire des photos pour une raison précise et impliquer mes modèles, que l'on sache en regardant mes images qu'ils se savent photographiés, qu'ils participent activement à un projet. Bref, cette femme debout en est le parfait exemple : quand je l'ai vue j'ai eu envie de la photographier, et ce projet m'en a donné l'excuse. Elles ont accepté l'idée sans hésiter, celle de droite avec un certain enthousiasme. D'ailleurs elle pose franchement, c'est chouette, je la trouve très belle dans cette tenue qui revisite la Russie des années 30. Je l'ai prise pour une touriste avec sa valise mais pas du tout, en tous cas elle parlait français parfaitement. Sa charmante voisine est elle aussi très élégante. Merci à toutes les deux !

"J'adore ce que vous faites, votre concept... et surtout le fait que vous aimez cela ! Ça se ressent ça se voit et ça fait plaisir de croiser ça dans les metro un peu soûlant parfois. J'espère que ce projet vous rapporte ce que vous recherchez et qu'il vous mènera encore plus loin. A très bientôt et impatient de voir notre photo (l'inconnu et moi) s'ajouter à votre fresque Instagram.😀"
Tellement sympa, et ce n'est même pas la réponse à l'envoi de la photo par email, c'est un petit message comme ça sur Instagram après la photo. C'est le skater qui me l'a écrit. Ils ont accepté assez volontiers tous les deux. Ils étaient très sympa. Pendant la photo il y a une dame qui est passée faire la manche et le skater lui a donné une pièce.

"Bonjour Raphael ! J’ai bien reçu la photo et elle me plaît beaucoup. Je l’ai découverte alors que j’étais entourée d’amis et tous étaient unanimes : elle me ressemble vraiment ! J'étais malade mercredi, timide et un peu triste. Je ne vous ai pas beaucoup parlé, mais j’ai été très enthousiasmée par votre projet et j’avais très envie d’encourager une telle initiative artistique et créative. (...) J’aime l’idée de la rencontre à l'image. Aussi bien celle de l’artiste avec ceux qui acceptent de se prêter au jeu, que celle des gens qui se tiennent côte à côte dans les transports en commun. C’est assez lisible sur la photographie que vous avez prise mais j’étais sincèrement heureuse de vous voir à l’oeuvre dans une situation certainement proche de celles que je rencontrerai au cours des années à venir, je l’espère. (...) Tout cela m’a donc procuré un grand regain de confiance dans une période un peu stressante, et un nouvel élan de motivation pour me lancer ! Bref … d’où le grand sourire sur mon visage que j’avais du mal à réfréner, et mon regard un peu rêveur. Je vous dis donc merci. Pour cette rencontre furtive, et la joie qui m’a suivie après, dans les couloirs du métro! Comme je vous le disais, j’ai étudié vos autres photographies dans le cadre du même projet. C’est une belle entreprise, et je vous souhaite bon courage et bonne chance dans sa poursuite ! Au plaisir d’échanger peut-être avec vous à nouveau. Belle fin de journée !"

Ces deux charmants messieurs ont accepté tout de suite la photo. Pourtant je dérangeais celui de gauche, qui était en pleine discussion avec son autre voisin, hors-champ debout. Ils ont dit oui tous les deux sans hésiter et sans poser de questions. Je viens de leur envoyer la photo par email et ils ont répondu. Celui de gauche me dit : "J ai pas la photo .merci..bon courage pour votre projet. Tenez moi au courant. J ai une page Facebook Greg le globe trotter. Sportif ultra marathonien handisport." Son voisin a beaucoup de style avec son imper, sa cravate, son parapluie, d'ailleurs après la photo il a tenu à me dire, sans que je lui demande quoi que ce soit : "Vous savez je me rends dans le seul magasin de Paris qui répare les parapluies ! Parce que je tiens à celui-là et qu'il existe encore un magasin où faire réparer les parapluies !" Voilà sa sympathique réponse quand je lui ai envoyé cette image : "Cher Monsieur, Bien reçu votre photo, je la trouve excellente et amusante. En vous souhaitant le plus vif succès dans votre entreprise. Bien cordialement." Puis plus tard il m'a renvoyé un message "Cher Monsieur, J’ai regardé votre galerie de photos et l’ai trouvée fort intéressante et révélatrice. Un peu dans le même esprit que votre passionnant projet j’ai pris cette photo à Cahors il y a quelques années. Je me permets de vous l’envoyer. J’aime prendre des photos mais surtout d’architecture et de paysages. Avec mes sentiments dévoués".

Après vous avoir montré une vingtaine d'images réalisées la même journée, le 2 octobre, en voilà une nouvelle série, du 4 octobre. On commence avec cette photo qui me plait bien. Il y a tellement de choses à dire. On a le sentiment de l'avoir déjà vu ce couple aussi. Des jeunes. Elle lui tourne le dos parce qu'elle a une jambe plâtrée, on le voit à sa béquille. Lui a un côté cliché avec sa capuche et ses jambes écartées mais pas de jugement, ils étaient sympa tous les deux, ont accepté le concept de la photo simplement sans rien demander, n'ont pas bougé d'un pouce quand je les ai photographiés. Un grand merci à eux. C'est courageux d'accepter cette proposition incongrue, ils ont osé, bravo.

Globalement tous les gens que je rencontre sont très sympathiques, même ceux qui refusent la photo, ce que je comprends très bien, le font gentiment. Ces deux-là étaient particulièrement sympa ! Elle, ne parlant qu'espagnol, et moi n'en parlant pas un mot, c'est son voisin qui a tout traduit.

De loin je n'ai vu que le bonnet enfoncé sur la tête de monsieur, et ça m'a intrigué. J'ai dû contourner des gens pour me mettre face à eux. Monsieur a rigolé et dit oui tout de suite. Il pouvait faire un peu peur sous son bonnet et en fait il était hyper sympa. Elle était charmante mais a pas mal hésité, nous a bien regardé tous les deux, et a finalement accepté. J'ai fait mes images, puis ils devaient sortir tous les deux à la même station et je suis sorti avec eux. Ils m'ont donné leurs adresses mail sur le quai et j'ai demandé à monsieur s'il était musicien parce que c'était presque marqué sur sa tête. Il m'a dit que oui, percussionniste. Et elle m'a dit qu'elle était kiné ! Ce qui explique sans doute son gros sac. À l'envoi de la photo il a répondu un petit message très sympa : "Hola Raphael , Merci pour cet instant et bravo pour la Foto. Amistad!"

Encore un couple improbable, comme on en voit si souvent dans le métro, presque cliché. Elle me fait penser à ma grand mère, un côté très digne, quand je lui ai proposé la photo elle a tout de suite accepté, puis adopté une pose très fière et pleine d'allure. Lui c'est probablement un réfugié fraichement arrivé. Il ne parlait pas français ni anglais, n'avait pas d'email, pas de smartphone fonctionnel, je n'ai pas pu lui envoyer l'image. Il a dit oui tout de suite aussi. À mon avis sans même comprendre mais j'imagine qu'il était dans une logique de dire "oui" à tout ce qui vient. À la fin elle est vite partie prendre un autre métro après avoir récupéré ma carte, et lui m'a salué sans rien demander. Plus tard elle m'a écrit : "Rencontre dans le métro d'hier. J'ai regardé votre site qui m'as bien intéressé et vous communique mon mail, curieuse de voir la photo que vous avez prise. et découvrir le visage de mon voisin de métro que j'ai à peine entrevu." Puis je lui ai envoyé cette photo et voilà ce qu'elle a répondu : "Merci pour votre envoi, L'image de mon voisin est émouvante, elle représente tous ceux que nous côtoyons dans les transports avec des trajets et des destins différents: nos compagnons d'humanité ! Je ne manquerai pas de suivre votre travail sur votre site. XXX qui vous dit à nouveau merci."
Merci à eux deux !

Incroyable. Je n'en reviens pas. C'est ça aussi le métro parisien. Je m’apprêtais à écrire un texte sur le fabuleux brassage culturel que permet la mondialisation et que l'on peut observer dans le métro, par exemple dans cette image qui rassemble une jeune femme dont le nom semble venir d'Arménie et un homme au nom à consonance indienne (je l'ai vu sur leurs adresses email), tout ça en France dans le métro parisien, l'air de rien. Je voulais aussi dire que je trouve cette jeune femme ravissante, et que sur la moitié des photos elle bouge ou ferme les yeux, et qu'il avait fallu que je fasse beaucoup d'images pour en avoir une correcte, sur laquelle je la trouve aussi jolie qu'en vrai. Bref, je ne me rendais pas compte de qui était sur cette photo... (normalement le projet est anonyme mais là on parle d'une star), cette demoiselle se trouve être... photographe... membre de l'agence Magnum ! C'est Diana Markosian, une grande grande artiste. Son travail est passionnant. Elle ne m'a rien dit sur le coup, et je ne me suis absolument pas douté qu'"elle" put être "elle" ! Ni l'un ni l'autre ne m'a répondu quand j'ai envoyé la photo, pourtant j'aurais adoré avoir le retour de cette grande photographe !

C'est le couple cliché femme parisienne/jeune de banlieue.
Presque une personne sur deux que j'aborde a des écouteurs sur les oreilles, donc quand je leur parle je leur demande souvent : "Vous m'entendez?" et ils me confirment que oui sans enlever leur casque. C'est ce qu'a fait ce jeune homme d'un signe de tête quand je lui ai parlé. Ensuite j'ai déroulé mon speech, m'adressant aux deux, quand soudain il a dit : "P*** mais tu vas fermer ta g*** c'est pas à toi que je parle !" Il m'a fallu une bonne demie-seconde pour comprendre qu'il ne s'adressait pas à moi mais à la personne qui était à l'autre bout du fil. Puis il a accepté la photo simplement, comme sa voisine, sans jamais plus relever la tête de son téléphone.

Ces deux hommes ont accepté très simplement et gentiment que je les photographie, sans poser spécialement de questions.

"Bonsoir j'ai bien reçu la photo. J'adore votre concept et notre rencontre vous avais raison très rapide mais tellement sympa. La photo est très belle mais parconte j'ai reçu qu'une photo est j'aime pas trop ma tête dessus. Vous avez pris d'autre photo. Cordialement" Je n'ai reçu qu'une réponse sur les deux, c'est celle-là. Je lui ai envoyé les autres photos que j'avais, et il m'a confirmé que je pouvais utiliser celle-là. Lors de notre rencontre je venais d'essuyer les refus de plusieurs personnes qui me ressemblaient et que j'aurais imaginé accepter. Et je tombe sur ces messieurs, qui ont chacun leur style bien à eux, ce que j'adore ! Et ils acceptent très volontiers et simplement ! Un grand merci à eux. J'aime bien cette image et je trouve que chacun a une tête super dessus !

Une fois qu'ils acceptent, souvent les gens que je photographie ne savent plus trop que faire : me regarder ? Sourire ? Certains me posent la question. Ces deux hommes n'ont rien demandé ni l'un ni l'autre et accepté la photo comme une évidence, et ils sont restés exactement identiques à la stature dans laquelle je les ai trouvés. Leur regard à chacun raconte un roman.



Des travaux préparatifs à cette série ont été réalisés en 2014, ils ont donné lieu à une installation photographique exposée aux Grands Moulins de Pantin du 25 septembre au 30 octobre 2017


PRÉ-SÉRIE

Ci-dessous quelques images de cette première pré-série (2014 et début 2019)

Using Format